Assurance-vie Famille

L’argent investi sur un contrat d’assurance vie est-il bloqué ?

L’Assurance-vie est pleine de ressources. Elle est avant tout un outil d’épargne « pour la vie » avant d’être un outil de transmission. Elle est à la fois un placement financier pour épargner et valoriser votre capital, financer les études de vos enfants, préparer votre retraite, protéger votre conjoint … et bien sûr, pour transmettre votre patrimoine.

Vous pouvez placer votre argent sur le support en euros à capital garanti et/ou investir toute ou partie de votre argent en actions, obligations, immobilier etc… sur des supports appelés unités de compte.

Il est faux de croire que l’épargne en assurance-vie est bloquée pendant 8 ans ! A tout instant, vous pouvez disposer librement de tout ou partie de votre épargne investie en assurance-vie.

Grâce à sa fiscalité avantageuse et à sa flexibilité de gestion qui permet d’aller trouver de la rentabilité, l’assurance-vie conserve tous ses atouts même à moyen terme.

Quelles sont les options pour pouvoir récupérer son capital ?

Il existe deux possibilités pour récupérer des liquidités sur son contrat d’assurance-vie sans être trop pénalisé par la fiscalité : l’avance et le rachat (partiel ou total).

Dans quel cas recourir à une avance sur un contrat d’assurance-vie ?

L’avance est tout simplement un prêt que l’assureur consent au souscripteur. L’avantage principal de l’avance est qu’elle ne diminue pas la valeur du contrat, l’épargne présente sur le contrat continue alors à se valoriser. Elle est particulièrement utile si vous avez un besoin momentané d’argent, pour quelques semaines ou quelques mois. Il est en effet bien plus intéressant de recourir à une avance plutôt que de souscrire un crédit à la consommation onéreux ou d’opter pour un prêt relais immobilier.

A titre d’exemple, l’avance peut être une solution intéressante pour un particulier qui souhaiterait acheter une nouvelle résidence principale avant d’avoir vendu son premier logement. Cette solution permet ainsi de débloquer les fonds nécessaires à l’acquisition du nouveau logement puis de rembourser le montant de l’avance avec le produit de la vente de l’ancienne résidence principale.

En quoi consiste un rachat sur un contrat d’assurance-vie ?

Un rachat partiel consiste à retirer une partie seulement de l’épargne disponible sur le contrat et en laissant le solde investi. Cette formule est à privilégier pour faire face à un besoin d’argent ponctuel ou pour compléter vos ressources au fil du temps. Les rachats peuvent être occasionnels ou automatisés (par exemple tous les mois) de manière à vous délivrer un complément de revenu régulier.

Un rachat total permet quant à lui de récupérer tout l’argent placé sur un contrat d’assurance-vie. Il entraine sa clôture définitive. Tous les avantages acquis grâce à l’ancienneté sont perdus. Dès lors, si vous désirez réinvestir plus tard en assurance vie, il serait préférable de procéder à un rachat partiel afin de conserver votre enveloppe assurance-vie et son antériorité fiscale.

Avance ou rachat : Quid de la fiscalité ?

L’avance est accordée sans aucune fiscalité. Vous la remboursez dès que vous le pouvez, sans payer à nouveau des frais d’entrée. Bien qu’il s’agisse d’un prêt sur votre épargne, cette avance n’est pas gratuite. Le montant de l’intérêt payé varie selon les compagnies mais ne peut être inférieur au taux moyen des emprunts d’états. La durée de l’avance ne doit pas excéder 3 ans et peut-être renouvelée une fois, soit un total de 6 ans.

Attention, dans le cas d’avances utilisées trop fréquemment, l’administration fiscale pourrait les requalifier en retrait et donc les soumettre à l’impôt !

Chaque rachat partiel comprend en même temps une part du capital initial, c’est-à-dire les versements réalisés, et une part d’intérêts et/ou de plus-value. Or, seule cette dernière est imposable à un taux qui dépendra soit de la durée de détention de votre contrat (option pour le prélèvement forfaitaire libératoire) soit de votre tranche marginale d’imposition. En effet, plus la durée de votre investissement sera longue et plus le taux de fiscalité sera faible.

Même si vous effectuez un rachat sur un contrat d’assurance-vie récent (même au bout d’un mois), sachez que celui-ci sera peu fiscalisé puisque la taxation sera basée sur le montant des plus-values qui sont, par nature, faibles sur un jeune contrat. Il peut donc être plus intéressant de procéder à un rachat sur un contrat récent plutôt que sur un contrat plus ancien avec des plus-values plus importantes.

Enfin, les gains de l’assurance vie restent soumis aux prélèvements sociaux de 15,5 %. Ils sont prélevés chaque année sur le rendement servi par le support en euros alors qu’ils ne sont prélevés sur les unités de compte qu’en cas de rachat effectué sur le contrat.